Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2005-08 | Page d'accueil | 2005-10 »

25/09/2005

Le diminutif "Bleau"

On dit couramment que le diminutif "Bleau" fut créé par les grimpeurs dans les années 30 (voir Lettres de la forêt : Fontainebleau : abécédaire photographique.- Ed. Textuel, 1998). Mais on en trouve mention bien plus tôt sur quelques cartes postales. Celle-ci par exemple, datée du 14 mai 1911.

medium_numeriser0025.jpg

20/09/2005

Le Mont Ussy et la Butte aux Aires

L'actuel sentier n°1 dessine une sorte de poële à frire qui s'inscrit entre la route de la Reine au nord, la nationale 7 à l'est, la route de Bon Secours au sud et la route du Nid de l'Aigle à l'ouest. Il résulte de la réunion de plusieurs des itinéraires Denecourt-Colinet qui traversaient le mont Ussy, mais a été amputé de sentiers secondaires (vallée des maîtres sonneurs, raccourci entre le rocher de Fontanges et la grotte des Montussiennes qui subsiste cependant même s'il n'est plus balisé) et surtout de toute la partie qui s'organisait autour du carrefour du Nid de l'Aigle, intégré aujourd'hui dans une réserve biologique intégrale, où l'on trouvait quelques uns des arbres les plus connus de la forêt : le Charlemagne, le Nid de l'Aigle, le Feu d'Artifice. Après avoir traversé une première fois la route du Nid de l'aigle, le sentier actuel suit encore les traces de l'ancien jusqu'à la roche de Merlin l'enchanteur, puis le tracé semble avoir été légèrement modifié, puisqu'au lieu de passer d'abord devant le chêne des fées il emmène directement le promeneur jusqu'à l'antre de la fée vipérine. Là, il se rabat brusquement pour traverser à nouveau la route du Nid de l'aigle, passant alors seulement devant le chêne des fées (dont la présence n'est plus signalée par le guide des amis de la forêt de Fontainebleau), en face duquel on peut encore voir s'amorcer l'ancien sentier. 

Autrefois, de l'antre de la fée vipérine, le périple se poursuivait jusqu'au Charlemagne, non loin du carrefour du Nid de l'Aigle. De là, plusieurs possibilités s'offraient : rejoindre le mont Chauvet par le sentier des ruines, décrire une boucle autour du carrefour du Nid de l'aigle, ou rejoindre le carrefour du Mont Pierreux en saluant au passage le Feu d'artifice et le Nid de l'Aigle. Il est aujourd'hui assez difficile de retrouver les traces des anciens itinéraires, même en s'appuyant sur le réseau des routes et chemins forestiers qui retournent doucement à la nature. La route Adélaïde, qui traverse la futaie des fosses rouges (parcelle 275), disparaît sous les arbres abattus entre le carrefour de la Butte aux Aires et le carrefour du Pivert,  où on la retrouve enfin. En la suivant, on pourra rendre un dernier hommage au Nid de l'Aigle, couché en son travers. En s'avançant un peu et en s'enfonçant dans le bois, on remarquera un grand chêne, non loin de la route de la Fontaine. Peut-être le Feu d'artifice ? Après le carrefour du Nid de l'Aigle, la route Adélaïde, maintenant bitumée, grimpe pour rejoindre le carrefour du Sylvain Colinet et passe devant la Chaise Marie. Un peu avant, sur la droite, s'amorce le sentier qui conduisait au Charlemagne. On retrouve la grotte Ganelon, marquée d'un J bleu. Un peu plus loin, si le Charlemagne a disparu (abattu par une tempêteen 1925), le tronc du Roland résiste encore.

medium_sentiercalque.jpgTrait bleu : le sentier n° 2 aujourd'hui et correspondant à l'itinéraire bleu Denecourt vers 1920.
Trait bleu barré : le sentier n°2 aujourd'hui, ne correspondant pas à l'ancien balisage Denecourt vers 1920.
Trait pointillé vert : balisage bleu Denecourt vers 1920, abandonné aujourd'hui.
Trait pointillé rouge : balisage rouge Denecourt vers 1920

11/09/2005

Cartes de la forêt de Fontainebleau 1600-1809

 

1. [Plan de la forêt de Fontainebleau]

[S. l] : [s. n], [s. d]

1 flle ms. parchemin, 382 x 270 : BNF DCP Ge D 004512 Rés

 

1 Bis    Plan de la forêt de Fontainebleau

[S. l] : [s. n], [s. d]
1 fll ms : 80 x 65 cm : SHD/MAR coll. des 71 recueils. Recueil 8, n° 85

 

2. [Vers 1600]     Nouvelle description de la Forest Royalle de Fontaine Belleau. Ceste carte vous représente la Forest de Fontaine Belleau avec les noms des villages, hameaux, chappelles, hermitages, routtes, crois, puitz, montagnes et plaines qui se trouvent tant dans la ditte forest ques environs... Eschelle d'une lieüe

[=0m.065 ; 1:60 000 environ]
S.l. : s.n., [ca 1600] ou selon l'exemplaire, Paris : Jean Boisseau, [ca 1600]
Une note signale en outre : Ceste forest contient environ 25 975 arpents tant bois, roches, landes, et bruyerres, revenant en bois tout de futage à dix-huit ou dix-neuf mille arpents dont la garde est donnée à huit officiers qui ont chacun leur quartier.
Responsabilité : Boisseau, Jean, 16..-1657?[1]
1 flle, 48 x 36 cm : BNF CPL Ge D 13751
1 flle, 48 x 38 cm : BNF CPL Ge D 1060
1 plan, 35,5 x 48 cm : Ge DD 2987 (868) (Gallica : http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771...)


3. [1624]             Carte de la forêt de Fontaine Bleaux et pais circonvoi[sins]

Scala leuca rum 10 [=Om. 064 ; 1 : 70 000 environ]
Challons : H. Picart incidit et excudit, 1624
Orientation inversée. Figuration perspective de la forêt, des villages, hameaux, église s, ponts, croix de carrefours, du château de Fontainebleau et de scènes de chasse à courre dans la forêt En bas et à gauche, petite notice historique et descriptive
1 flle, 385 x 460 : BNF DCP Ge D 13752

4. [1678]             Carte particulière des environs de Paris [Image fixe numérisée] / Par Messrs de l'Académie royalle des sciences en l'année 1674

Paris : [s.n.], 1678

1 carte en 9 flles ; 41,5 x 45 cm : BNF DPC Ge DD 2987 (788, I-IX) (Gallica : 'http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=077...)


5. [1697]             Forest de Bière ou de Fontaine-Bleau contenant 1312 Arpens en Bois tant bien que mal planté non compris les Rochers et Bruères. Mis au Jour / par de Fer géographe de Monseigneur le Dauphin... Dédiée et présentée à Monseigneur le Dauphin... 300 Perches [=Om. 043; 1 : 50 000 environ] ; C. Inselin sculp

Paris : l'Auteur, 1697
Le titre est en haut et à droite dans un cartouche en forme de draperie. En dessous, la dédicace est dans un cartouche aux armes du Dauphin décoré d'un motif cynégétique. En haut et à gauche, dans deux petits cartons on lit : Cette marque d'Etoille dans la Forest est la * Table, Sièges et Parquets, gazonnés ou le Roy mange quelquefois estant à la chasse et : Cette Forest contient 25568 Arpens y compris les Bruyères et Rochers Gravé sur la même flle, à gauche : Bourg Chateau et Jardins de Fontainebleau Situez au Midy et a 14 Lieues de Paris, au milieu de la Forest de Biere ditte aujourdhuy de Fontaine-Bleau. Echelle de deux Cent Toises = Om. 065 ; 1 : 6. 000 environ. Gravé par Inselin. Dans un carton, notice : Fontaine-Bleau est une Maison Royale en Gastinois.
Plan orienté à l'Est
Responsabilités : Fer, Nicolas de, 1646-1720[2] ; Inselin, Charles, 1673-17[3]..

1 Carte, (420 x 425 ou 415)sur 1 flle: BNF DCP Ge CC 1275 (32) B, BNF DCP Ge BB 565-8 (33), BNF DCP Ge D 13437, BNF DCP Ge BB 565 (VIII-33), BNF DCP Ge AF Pf 204 (23), BNF DCP Ge AF Pf 215 (3224 a-b), BNF DCP Ge AF Pf 215 (3223 a), BNF DCP Ge AF Pf 215 (3223 b), BNF DCP  Ge DD 2987 (869) (Gallica : http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771...)

Lithogr. Noir et blanc, 45 x 43 cm : AD 77 19 Z 1/28

 

6. [1705]             Forest de Bière ou de Fontaine-Bleau contenant 13212 arpens en bois tant bien que mal planté, non compris les rochers et bruyères. Mis au jour / par de Fer, géographe de Monseigneur le Dauphin. Dédiée et présentée à Monseigneur le Dauphin ; par son très obéissant serviteur et géographe de Fer. Echelle de trois cent perches [=Om. 043 ; 1 : 50 000 environ] ; C. Inselin sculp

Paris : l'Auteur, 1705 ou Paris : G. Danet, 1705

Titre en haut et à droite, dans un cartouche droite, dédicace, dans un cartouche, aux armes du Dauphin, décoré d'un motif cynégétique A gauche, on lit : Cette marque d'Etoille dans la Forest est la * Table, sièges et parquets gazonnés    ou le Roy mange quelquefois estant à la chasse.

1 flle, 425 x 425 : BNF DCP Ge D 13755
1 flle, 42 x 42 cm : BNF DCP Ge AF Pf 215 (3220 b), BNF DCP Ge AF Pf                        215 (3220 a)
AD 77 : 1 Fi 148


7. [1727]             Plan général de la forest de Fontainebleau contenant 30285 arpents 65 perches y compris 2360 arpents 13 perches de Bois, Taillis et Bruyères appelé le Bois Ministre tant de dans que hors le Bornage de la dite forest. Levé avec ses environs et dessiné pour le ménagement de la forest suivant le procez verbal et de l'ordre de Monsieur de la Faluère, Grand Maistre des Eaux et Forest de l'Isle de France où sont distingués les futayes, taillis, bruyères et rochers, leurs routes cavallières, les anciennes et nouvelles routes croix, carrefours et chemin la séparation des huit gardes divisées par les triages qui les composent, le chasteau et bourg de Fontainebleau, les villes, villages, rivières et buissons qui l'environnent, les augmentations faites depuis 1718 jusqu'en 1727, marqués par les lignes de bornage et les inscriptions de chaque endroit, pour servir de guide aux Chasses du Roy. Dédié et présenté à Sa Majesté ; par son très humble et très obéissant serviteur et fidel sujet André Desquinemare, Arpenteur général des Eaux et Forest de l'Isle de France. Echelle 200 perches à 22 pieds la perche [=Om. 050], onze cent toises ou demie lieue commune de France [=Om. 076. 1 : 32 500 environ] ; Jenvilliers scrip Gravé par Qt. Fombonne

Paris : chez l'Auteur, 1727. Fontainebleau : chez le Sr Sanson, 1727
Carte orientée le Nord à gauche
Titre en bas et à droite de la 2e flle, dans un cartouche aux armes du Roi, décoré de motifs cynégétiques

2 flles, 470 x 770 : BNF DCP Ge BB 565 (VIII-31/32)BNF

1 carte, tracés col., 77,5 x 95,5 cm : BNF DCP Ge DD 2987 (872) B (Gallica : http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771...)


8. [1731]             Carte de la forest de Bierre dite de Fontainebleau, et de ses environs depuis trois jusques à Sept lieües communes de France avec les noms des Seig[neu]rs à qui appartiennent les terres qui y sont enclavées. Dédiée au Roy / par son très humble très obeissant et très fidel sujet, l'Abbé Guilbert, précepteur des Pages de Sa Majesté. Echelle de 2000 perches [=Om. 135], 2 grandes lieues [=Om. 105], 3 lieues parisiennes [=Om. 110], 5 lieues communes de France [Om. 206], 4400 toises [=Om. 080 ; 1 : 107 250 ] ; Scotin sculp

Paris : Cailleau, 1731
Responsabilité : Guilbert, Pierre, 17..-, abbé (Auteur d'une description historique de Fontainebleau, 1731)
1 flle col., 420 x 390 : BNF DCP Ge D 4531
1 carte, 39 x 41,5 cm : Ge DD 2987 (870) BN C.Pl., Sc 87/795 (Gallica http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771...)


9. [1735]             Plan topographique des environs de Fontainebleau

1200 toises [=163 mm ; 1 : 14 500 environ]
[S. l] : [s. n], [ca 1735]
Carte en rouleau, attribuée à Cassini de Thury, César-François, 1714-1784.

1 flle mss en coul. peinte à l'huile, 3260 x 2560 : BNF DCP Ge A 501

 

10. [Vers 1750]     Carte particulière des Grands Pallis de la forest de Fontainebleau

100 per. à 22 pi. [= 0m.160 ; 1:4 500 env.]
Vers 1750

1 flle ms. : en coul., 82 x 75 cm : BNF CPL Ge B 703

 

11. [1761]             Plan de la foret de Fontainebleau / dessiné par H. J. Moussaint, Ing.sr Geogr.e du Roi et Premier Arpenteur de la Maitrise en 1761

2 000 toises = 5,5 cm, soit 1:61 454 env.,
1761

1 carte ms : col., 38 x 32 cm : BNF Ge D 027192 Rés

 

12. [1764]          Carte de la Forest de Fontainebleau et de ses environs, divisée en ses huit gardes, où sont distingués les anciennes et nouvelles routes, croix, carrefours, chemins, hautes futayes, bruyères, roches, etc. 400 perches de 22 pieds la perche [=0m.069], 2000 toises

[=0m.092 ; 1:42 000 environ]
Paris : Denis et Pasquier, 1764
En dessous de l'adresse, on lit : Nota. On prie les personnes qui remarqueront quelques fautes, d'en faire part aux adresses cy-dessus. On avertit qu'on a eu des corrections de celle de Compiègne qui par ce moyens rendra cette carte extrêmement exacte.
Cartographe : Denis, Louis, 1725-1794[4].

1 flle : avec limites et eaux en coul., 63 x 30 cm : BNF CPL Ge D 007648

1 carte : tracés col., 50 x 63 cm : BNF CPL Ge DD 2987 (871) B (Gallica : http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771...)

Lithogr, noir et coul., 51 x 63,8 cm : AD77, 19 Z 1/24

 

13. [1770}                  Nouvelle carte des environs de Fontaine Bleau, dressée sur les meilleures cartes et descriptions géographiques du Royaume, et assujettie aux observations de Mrs. de l'Académie Roya le des Sciences, dédiée et présentée au Roy par son très humble et très obeissant serviteur et fidel sujet / C. Aldring. Echelles : 3 lieues de deux mil toises chacune [= 0m.101], 3 lieues communes de France [= 0m.111], 3 grandes lieues de France de 20 au degré [= 0m.146], six mil pas géométriques [= 0m. 086], 3 petites lieues de France de 30 au degré [= 0m.027], huit mil toises

[=0m.136 ; 1:114 000 environ]
Paris : Aldring, 1770
La carte forme un médaillon ovale inscrit dans un encadrement rectangulaire. Dans l'angle supérieur gauche, titre aux armes du Roi ; dans l'angle supérieur droit : légende ; les échelles sont dans les angles inférieurs.

1 flle : avec limites en coul., 70 x 54 cm : BNF CPL Ge C 9142

Lithogr. noir et coul., 56,5 cm x 73,5 : AD77 19 Z 1/25

 

14. [1772]             Carte de la forest de Fontainebleau et de ses environs, divisée en ses huit gardes... Perches de 22 pieds 400 [=0m.069] ; 2000 toises

[=0m.092 ; 1:45 000 environ.]

Paris : Denis et Pasquier, 1772
Orienté Nord à l'Est

1 flle. avec tracés col. montée sur charnières, 65 x 53 cm : BNF CPL Ge C 9016

AD 77 : 19 Z 2/8

 

15. [Vers 1775]           Carte topographique de la Forêt de Fontainebleau

1:10 500 environ
[S. l.] : [s. n.], [ca 1775]
6 flles, 60 x 94 cm : BNF CPL Ge CC 2390


16. [1778]                   Nouvelle carte de la forêt de Fontainebleau d'après les meilleurs plans / Gravé par Guill. Delahaye ; Imprimé par Sampierdarena

2400 toises [=Om. 134 ; 1 : 34 700 environ]
[Paris] : [s. n], 1778
Titre dans un cartouche décoré d'un cor de chasse et de feuilles de chêne. A droite, liste des Noms qui n'ont pu être écrits sur la carte En bas et à droite, dans un cartouche, scène de chasse à courre devant le château de Fontainebleau

2 flles col. assemblées, 410 x 585 : BNF DCP Ge C 9143

1 carte en 2 flles, 64 x 49 cm Ge DD 2987 (873, I), Ge D 9143 colorié (Gallica : http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771... et http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?O=0771...)

 

17. [1802]             Plan géométral du triage de la plaine de Sermaise et de parties de ceux de la Boissière et de la Queue de Fontaine faisant ensemble l'article 1er du procès-verbal d'arpentage des plantations de la forêt de Fontainebleau pour l'an dix, en datte au commencement du 16 frimaire audit an... Fait par moi géomètre arpenteur de l'Administration forestière de Fontainebleau : Rivière.

[S. l.] : [s. n.], [s. d.]

1 flle : ms. en coul., 61 x 47 cm pliée in-8° : BNF CPL Ge F 1775

 

18. [1809]             Carte des chasses du Roi à Fontainebleau levée / par les Officiers du Corps Royal des Ingénieurs-Géographes et ; dressée au Dépôt général de la Guerre. 1 : 39 640 ; Gravée par J. Orgiazzi ; écrite par Pélicier

Paris : Dépôt général de la Guerre, 1809
En haut, en dessous du titre : Tableau des 9 cantons et des 175 triages de la forêt avec leur superficie
1 flle, 580 x 880 : BNF DCP Ge C 6601
Lithogr., N et B, 91,8 x 61, 1 cm : AD 77 19 Z 2/3



[1] Travailla entre 1631 et 1648, d'abord comme "maître enlumineur". En 1641, réédita le Theatre de Jean Leclerc et publia la Topographie de Châtillon. Créa son oeuvre personnelle à partir de Leclerc (Theatre des Gaules) et de Mercator-Hondius (Tresor des cartes geographiques) ; mort après avril 1657. Sources BNF d'après Pastoureau, Les atlas français, Paris, 1984.

[2] Graveur et éditeur d'estampes, augmenta la fortune de sa famille grâce à son abondante activité, plus vulgarisateur que géographe, il s'intéressa principalement à l'actualité, il bénéficia de la protection du grand dauphin et sut par la suite se ménager des appuis officiels, il édita des atlas et des cartes murales, il fut continué par ses gendres, Guillaume Danet et Jacques-François Bénard. Sources : BNF, d'après Pastoureau, Les atlas français, Paris, 1984.

[3] Géographe et graveur pour Froger, de Fer, Desnos, Delille, Placide et Jaillot. Sources BNF d'après  Tooely's.

[4] Cartographe qui devint géographe du duc de Berry (le futur Louis XVI), célèbre pour avoir publié le Conducteur français, un guide des routes de France, en 1776-1780. (Sources BNF).

09/09/2005

Le Mont Chauvet, les hauteurs de la Solle

Le Grand Mont Chauvet était traversé, vers 1920,  par deux itinéraires Denecourt-Colinet (promenade à la vallée de la Solle et promenade aux points de vue de la Solle).
Les sentiers décrivaient une grande boucle qui partait de la fontaine Sanguinède, traversait le sentier des Accords avant de redescendre sur le carrefour des gorges de la Solle d'où elle gagnait la fontaine du Mont Chauvet , par le sentier de la Solle,  sinuait ensuite par le sentier des Artistes, le long de la route tournante des hauteurs de la Solle puis le long de la route de la Reine, avant de revenir à la fontaine Sanguinède.  Deux autres boucles s'inscrivaient dans la première, puisqu'on pouvait regagner plus directement la fontaine Sanguinède à partir du carrefour des gorges de la Solle  par le sentier des Rapins, ou rejoindre le sentier des Artistes non loin du rocher des Deux soeurs à partir du sentier de la Solle.
Aujourd'hui, le Mont Chauvet est simplement frôlé par le sentier n°4, de la roche Perceval au sentier des Accords. Il s'agit d'une petite partie (d'ailleurs remaniée après la mare aux Ligueurs) de l'ancienne promenade à la vallée de la Solle. Il fait partie de la réserve biologique intégrale du Gros Fouteau et les routes et sentiers qui le traversaient sont aujourd'hui à l'abandon.  Les sites et qui jalonnaient les itinéraires Denecourt-Colinet glissent lentement dans l'oubli alors que certains d'entre eux (fontaine du Mont Chauvet, Roche qui remue) comptaient parmi les plus renommés de la forêt. On retrouve cependant aisément la portion de l'itinéraire que Denecourt avait baptisé "sentier des artistes" et qui longe la route de la Reine puis la route tournante de la Solle, de la Roche des Deux Soeurs à la fontaine du Mont Chauvet. On retrouve également, le long de la portion (aujourd'hui débaptisée) de la route Amélie allant du carrefour des Ligueurs (sentier à droite de l'actuel sentier Denecourt-Colinet) au carrefour des gorges de la Solle (lui aussi débaptisé), la grotte Delphine (O). Enfin, lorsque l'on suit le sentier n°4, au niveau de la mare aux Ligueurs s'esquisse un sentier qui va sur la droite : il s'agit de l'ancien tracé qui permet de retrouver le Capuchon du père Dan et la roche d'Adrienne Lecouvreur.

Rocher du Cuvier Châtillon : sentier n°5

Le rocher du Cuvier Châtillon est sillonné par le sentier n°5 qui, grosso modo, joint le carrefour de Bellecroix au carrefour de l'Epine. Il démarre sur le sentier n°4, parcelle 248, au moment où celui-ci croise la route Lebel qu'il suit un peu avant de bifurquer vers la droite pour arriver sur la route du Luxembourg un peu avant le carrefour de Bellecroix (parcelle 880). C'est là le véritable point de départ et d'arrivée du parcours, qui se présente comme la juxtaposition de deux boucles qui se touchent sur la route du Cuvier Châtillon, au rocher baptisé la Merveille, à la limite des parcelles 881 et 882.

Le sentier Denecourt-Colinet n°5 ne constitue qu'une partie du réseau qui traversait ce secteur vers 1920. Il était en effet complété au Nord par un itinéraire qui partait de Belle-Croix et traversait le plateau par les mares, restant grossièrement parallèle à l'itinéraire actuel dont il ne s'écartait franchement qu'au moment de s'incurver vers le Nord pour desservir la caverne des sorcières. Il rejoignait le sentier actuel au niveau de la grotte de soeur Anne, mais offrait une possibilité de le regagner une première fois au niveau du rocher de la Tirelire. Le GR1 qui traverse également le secteur semble par endroit reprendre le tracé de cet ancien sentier. D'autre part, le sentier se prolongeait au-delà du carrefour de l'Epine et traversait le Bas-Cuvier jusqu'au carrefour du Congrès forestier avant de traverser la N7 pour rejoindre le carrefour du Briarée.

La première partie du sentier n°5, de l'Eugène Sue à la fourche formée par la jonction de la route du Luxembourg et de la route Mory de Neuflieux, jusqu'au passage des Francs-Tireurs, correspond à la fin de la promenade intitulée "promenade de la grotte aux cristaux et du plateau de Belle-Croix" telle qu'elle se présentait vers 1920, mais en sens inverse de celui prôné par le guide de l'époque. A partir de là, le sentier n°5 délaisse l'ancien réseau pour rejoindre directement la Merveille, où il reprend alors le parcours, toujours en sens inverse, de la promenade au rempart du rocher Cuvier Châtillon et ce, jusqu'à la roche de Charles Jacque, à peu près jusqu'au carrefour de l'Epine. Pour le retour, il suit la route Mory de Neuflieux jusqu'à la Merveille puis retrouve une troisième promenade Dennecourt-Colinet, celle des gorges d'Apremont et du rocher Cuvier Châtillon. Il s'en écarte cependant en traversant la route du Luxembourg, pour aller visiter l'inscription rappelant la mort du peintre Decamp avant de retrouver le point de départ non loin de Belle-Croix.

Les cartes postales représentant le secteur s'intéressent surtout au plateau de Belle-Croix, et tout particulièrement à ses mares (mares de Bellecroix, mare COlinet, mare à Dagneau, mare à Piat). Le Cuvier-Châtillon est moins bien représenté et donne lieu à quelques cartes postales qu'il reste à identifier car leur légende ne correspond pas à des dénominations Denecourt-Colinet (passage Cuvier-Châtillon, "Cuviers châtillon", plate-forme du Cuvier Châtillon). Voir l'album.