Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2005-10 | Page d'accueil | 2005-12 »

30/11/2005

Le Mont Aigu : sentier n°8

Rochers situés à l'entrée de la Gorge du Houx. La route en hélice qui le parcourt, aménagée dès 1842, est le plus ancien sentier de promenade de la forêt. Denecourt l'intégra dans son itinéraire de promenade au Mont Aigu, comme le reprend aujourd'hui le sentier n°8 avant de permettre de passer soit aux plâtières des Gorges du Houx, soit au Rocher du Long Boyau.

Sources : dictionnaire historique et artistique de la forêt de Fontainebleau / Herbet, 1903. Guide des sentiers de promenade dans le massif forestier de Fontainebleau / AAF, 2004. Forêt de Fontainebleau : excursions pédestres / Guide illustré du Touring-club de France, v. 1920. Fontainebleau / Guide Denecourt-Colinet, v. 1920.

28/11/2005

Le Rocher d'Avon : sentier n°10

Le Rocher d'Avon constituait, avant 1904, un canton d'environ 100 ha.  Il est desservi par le sentier Denecourt-Colinet n° 10, qui reprend l'itinéraire de la promenade au rocher d'Avon telle qu'elle se présentait vers 1920. Il forme une colline étirée d'environ deux kilomètres, au Sud de Fontainebleau et d'Avon, qui se transforme peu à peu en crête rocheuse. Il atteint son point culminant au Mont Louis Philippe, à l'Ouest, lequel constitue un magnifique belvédère.
On y exploitait dès 1609, des carrières de grès, dont on voit encore aujourd'hui les reliefs dans la vallée des héronnières. Il fut planté en pins dès la fin du 18e siècle, lesquels souffrirent tant des rigueurs de l'hiver 1879-1880 qu'une inscription commémore ces dégâts au bas de la pente du Mont Louis Philippe.
Le Rocher d'Avon semble avoir été particulièrement fréquenté : le sommet du Mont Louis Philippe était appelé "salle de danse" vers 1850, car il servait de lieu de rassemblement à la jeunesse d'Avon. Le belvédère Louis VII est environné de roches couvertes de dessins et inscriptions réalisées au XIXe siècle par des militaires. Vers 1920, le guide du Touring Club note que l'itinéraire décrit par le sentier Denecuourt est "embrouillé, en maints endroits, par des dérivations tracées suivant le caprice des visiteurs".

Sources : dictionnaire historique et artistique de la forêt de Fontainebleau / Herbet, 1903.  Forêt de Fontainebleau : excursions pédestres / guides illustrés du Touring club de France, v. 1920. Guide des sentiers de promenade dans le massif forestier de Fontainebleau /AAF, 2004. Fontainebleau : Palais, forêt, environs / Denecourt-Colinet, 44e éd.

27/11/2005

Rocher Bouligny, Rocher des Demoiselles : sentier n° 9

Le sentier n°9 reprend sans guère de modifications les itinéraires Denecourt-Colinet de la promenade au Rocher Bouligny et  de la promenade aux Rocher des Demoiselles, tels qu'ils se présentaient vers 1920. On note cependant, au Rocher Bouligny, la suppression d'un diverticule marques rouges qui a peut-être été en partie repris par le GR 11, et la création d'une portion de sentier permettant de rallier la fin de la promenade au Rocher Mont Morillon sur la route d'Occident au carrefour de Maintenon.

Le Rocher des Demoiselles formait, avant 1904, un canton d'environ 60 ha. Jusqu'en 1835, il s'appelait le Rocher aux Putains, du nom vulgaire du cornouiller sanguin et non, comme veulent le faire croire certaines explications, parce qu'il était fréquenté par des prostituées. Le Rocher Bouligny formait, avant 1904, un canton d'environ 80 ha. Vers 1920, un incendie détruisit la totalité des arbres de sa partie Est.

Sources : dictionnaire historique et artistique de la forêt de Fontainebleau / Herbet, 1903.  Forêt de Fontainebleau : excusrions pédestres / guides illustrés du Touring club de France, v. 1920. Guide des sentiers de promenade dans le massif forestier de Fontainebleau /AAF, 2004.

 

 

18/11/2005

Le Restant du Long Rocher et le Rocher des Etroitures : sentier n°11

Au sud-est de la forêt, Le Restant du Long Rocher constitue le prolongement du Long Rocher. Le sentier n°11 actuel le parcourt en épousant fidèlement le parcours de la promenade Denecourt-Colinet telle qu'elle se présentait vers 1920, puis conduit au Rocher des Etroitures, situé entre la route des Etroitures à l'Est, et le plateau de la mare aux fées à l'Ouest, qu'il sillonne jusqu'au belvédère Corot, en respectant toujours l'ancien itinéraire.  En revanche, le circuit décrit par le sentier actuel sur la plateau de la mare aux fées, vaste platière à laquelle aboutit le Rocher des étroitures et qui s'effondre au Nord pour former la Gorge aux Loups, a été quelque peu modifié. Il s'inscrivait en effet à l'origine dans l'itinéraire de la promenade à la Gorge aux Loups, supprimé de par le classement de cette partie de la forêt en réserve biologique intégrale. Le sentier décrivait donc une large boucle autour de la mare aux fées, puis se prolongeait vers l'Ouest. Aujourd'hui, il se contente de traverser le plateau avant de s'incliner vers le Sud pour retrouver le point de départ du sentier aux abords de la maison forestière de la Grande Vallée.

 

Sources : dictionnaire historique et artistique de la forêt de Fontainebleau / Herbet, 1903. Forêt de Fontainebleau : excursions pédestres / Guides illustrés du Touring-Club de France, v. 1920. Guide des sentiers de promenade dans le massif forestier de Fontainebleau /AAF, 2004.

12/11/2005

Franchard, Gorges du Houx, Mont Fessas : sentier n°7

Le sentier n°7 s'inscrit dans la continuité des promenades Denecourt-Colinet aux gorges de Franchard et aux gorges du houx (qu'il dessert concuremment avec le sentier 8), situées de part et d'autre de la route Ronde entre le carrefour de la Croix de Franchard et celui des gorges de Franchard.
Le début de la promenade se trouve, comme jadis, parcelle 289, à l'orée de ce que Denecourt appelait la gorge aux chevreuils. Le sentier balade le promeneur dans plusieurs futaies (Fosse aux râteaux, Vente des charmes, Puits du géant) en conservant l'orientation générale donnée par Denecourt mais en différant sensiblement du parcours original. Ainsi le Jupiter (dont il ne reste il est vrai plus grand chose) n'est plus desservi (mais l'on constate que la portion de l'ancien sentier Denecourt, appelé sentier des lierres, est encore porté sur la carte), non plus que la futaie du chêne brûlé, devenue, il est vrai, réserve biologique intégrale.
A partir du carrefour de l'Ermitage et jusqu'à son point d'arrivée au carrefour de la Fourche,  le sentier actuel se confond avec l'ancien, à quelques exceptions près, dont la plus notable est qu'il ne dessert plus la mare aux pigeons et qu'il ne permet plus de remonter, à partir du carrefour du Renard, jusqu'au carrefour du Grand-Duc et de là au Jupiter.

Sur le site de Franchard, le sentier n°7 se complète du sentier 7-7, déjà existant vers 1920, et des GR 11 et 1 qui perpétuent au moins en partie les sentiers complémentaires Denecourt-Colinet (marques rouges) Philippe-Auguste, qui offrait une variante entre la roche du Géologue et le carrefour Amédée (GR 11), et du décollé de Franchard, entre le belvédère Marie-Thérèse et le grand point de vue des gorges de Franchard (GR 1). 

Sources : Guide des sentiers de promenade dans le massif forestier  de Fontainebleau / AAF, 2004. Forêt de Fontainebleau : excursions pédestres / Guide illustré du Touring-club de France, v. 1920. Fontainebleau / Guide Denecourt-Colinet, v. 1920.